Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bilan, de l’année 2013, suite, à présent pour faire le compte des observations d’oiseaux rares ou peu communs en Côte d’Ivoire.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Comme dans l’article précédent, la majeure partie des observations ont été effectuées sur la côte, dans les secteurs de Grand Bassam, d’Assinie/Assouinde et de Grand/Vieux Lahou – Voir la partie côtière de la carte, reprise plus bas.

Plutôt que de passer en revue, selon la liste systématique admise, les oiseaux rares qui ont été observés, je vais plutôt procéder par localités d’observations.

Et commencer par Assouinde et ses environs, ses marais, son lac (de Campeix)… je n’ose écrire ses commerces et sa messe à 10h le dimanche...

Principaux sites prospectés, sur la côte de la Côte d'Ivoire

Principaux sites prospectés, sur la côte de la Côte d'Ivoire

Marais d’Assouinde et Lac de Campeix

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Les marais se sont révélés être un site très riche, je ne les ai cependant jamais vus cités dans la littérature ornithologique traitant de la Côte d’Ivoire ; et pourtant, ils sont facilement repérables puisque sur le bord de la route menant à Assinie, hot spot touristique pour les abidjanais le weekend.

Les marais, situés à l’entrée de la ville d’Assouinde en venant d’Abidjan sont, en fonction des saisons, ou bien grande mare ou bien vraiment marais. En saison des pluies, lorsque le niveau d’eau est le plus haut, cela grouille de canards (Dendrocygnes Veufs par centaines, Anserelles Naines par dizaines) ; en saison sèche, et plus on rentre dans la saison, l’eau laisse progressivement place aux vasières et les limicoles s’installent, mais jamais en grand nombre.

Dendrocygne Veuf - Assouinde, Côte d'Ivoire, 14 mars 2013

Dendrocygne Veuf - Assouinde, Côte d'Ivoire, 14 mars 2013

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Le lac de Campeix, lui, il faut connaître. Il est bien caché en brousse, entouré par de la forêt. C’est également un site d’un grand intérêt.

Sans doute plus que les marais, concentrant des espèces rares ou peu souvent observées de par leurs mœurs discrètes et/ou nocturnes (Anhinga d’Afrique, Onoré à Huppe Blanche, Bihoreau à Dos Blanc, Canard de Hartlaub, Oie-armée de Gambie…). Compte tenu des dérangements réguliers dans les marais – de temps à autres, même des chasseurs y sévissent –, il semble que le lac serve de « back-up » (par exemple pour l’Anhinga).

Lac de Campeix, près d'Assouinde

Lac de Campeix, près d'Assouinde

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Anhinga d’Afrique

L’espèce a beaucoup régressée ces dernières années en Côte d’Ivoire, et y est devenue très rare ; elle est considérée comme presque éteinte dans le pays (site web de l’African Bird Club, section News, dernière mise à jour décembre 2011). Ma première prospection des marais d’Assouinde, effectuée avec Etienne Leroy le 20 janvier 2013, a permis d’en observer deux en vol, tournoyant au-dessus de la zone, laissant penser que les oiseaux pouvaient y être cantonnés. Nous ne les avons pas vus se poser ce jour là.

Mais effectivement, le 27 janvier de nouveau deux oiseaux, observés en vol mais également posés ; le 03 février, ce sont trois individus qui sont présents, perchés sur un palmier.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Le 10 mars, je « découvre » un lac entouré de forêt près de la plantation de la plantation/coopérative de cocos, Campeix, à quelques kilomètres d’Assouinde. Là, de deux à quatre Anhingas seront régulièrement vus jusqu’au 20 avril ; je reviendrai début septembre et début décembre au lac, mais pas un seul oiseau présent. Des prospections régulières des marais, de juin à septembre n’ont pas permis de détecter la présence de l’espèce ; en revanche, le 12 octobre, un Anhinga est « de retour », puis deux sont observés les 07 et 22 décembre.

L’Anhinga d’Afrique est ainsi présent régulièrement à Assouinde, et clairement cantonné à la fois dans les marais et sur le lac ; on me dit qu’il existe un autre lac non loin, et il serait intéressant de vérifier s’il n’y est pas présent… on essaiera en 2014.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

On peut aussi se poser la question si l’absence d’Anhingas pendant la saison des pluies, dans les marais d’Assouinde, ne serait pas dû à sa nidification puisque la période coïncide ; et pourquoi pas une nidification au lac de Campeix (voire non loin de là sur l’autre lac dont on m’a parlé, mais que je n’ai pas encore trouvé) où les oiseaux ne subissent quasiment aucun dérangement de toute la journée ? Au contraire des marais qui, eux, quelque fois certains dimanches, sont la proie de chasseurs (pas du tout traditionnels…). On essaiera donc également de vérifier cela en 2014, en prospectant le lac à partir de mai-juin.

Bihoreau à Dos Blanc

Voilà un oiseau aux mœurs discrètes, considéré comme rare en Afrique de l’Ouest. Ce petit héron (tout est relatif, mais il mesure jusqu’à 55 cm du bec à la queue, quand le bien connu Héron Cendré va jusqu’à 1 m) dont l’activité est habituellement nocturne, je l’ai rencontré à la mi-journée, fin février.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

La prospection du lac de Campeix n’avait pas été bien extraordinaire, si l’on peut dire ; certes il y avait bien eu l’observation de deux Anhingas et d’un groupe de six Canards de Hartlaub, mais ce n’était pas une nouveauté après trois visites du site. L’ami piroguier Nogou me faisait remonter le bras mort, où j’avais affuté toute la matinée les Canards, pour atteindre le lac lui-même et enfin retourner au village. Juste avant de déboucher sur le lac, Nogou a cru apercevoir quelque chose caché au milieu des arbres de la berge, à une dizaine de mètres de hauteur ; jumelles collées au visage, je lui confirme qu’il a bien aperçu quelque chose, et quelque chose de bien ! L’appareil photo se substitue aux jumelles rapidement, et j’ai le temps de prendre trois clichés, à mains levées sur la pirogue qui balance… une seule est présentable (voir ci-contre), malgré les yeux translucides de l’oiseau, dûs au flash intégré de l’appareil, et qu’il s’est pris en plein figure.

Nous sommes revenus un mois plus tard dès 4 h du matin au lac, en pleine nuit pour se poster dans le bras mort avant que le soleil ne se lève ; à la lueur de la lampe frontale, nous avons pu observer à nouveau l’espèce, jusqu’à trois oiseaux ensemble.

Canard de Hartlaub

La première visite du lac, le 10 mars a permis l’observation de l’espèce. Avec Nogou, en longeant les berges, nous en avons levé six qui étaient perchés dans les arbres. Au fur et mesure des visites, nous avons repérés leur perchoirs préférés dont un, visiblement celui de prédilection, se trouve au fond du bras mort dont on a parlé précédemment pour le Bihoreau à Dos Blanc.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Alors un 20 avril à l’aube, Nogou m’a droppé là, lui est allé ensuite naviguer sur le lac. Moins d’un quart d’heure après son départ, un vol de Canards (toujours au nombre de six) est arrivé, à tournoyé un peu au dessus de moi, puis s’est posé – Nogou avait dû les lever en repartant. La lumière était alors faible, j’ai donc dû attendre près d’une heure, planqué sous le filet de camouflage, rongeant mon frein, priant pour que les oiseaux ne soient pas dérangés (non pas par des hommes mais plutôt, éventuellement, par des singes que l’on entendait régulièrement crier non loin, ou bien par un rapace), pour qu’ils restent jusqu’à ce que la luminosité soit acceptable. C’est ce qui arriva.

Depuis ce 20 avril, mes deux seules visites du lac, début septembre et début décembre ne m’ont pas fait rencontrer les Canards de Hartlaub (pas plus que les Anhingas, comme on l’a vu plus haut). Ils sont normalement résidents, alors se déplacent-ils localement en fonction du niveau d’eau (qui pourtant fluctue peu sur le lac), ou d’impératifs de nidification pas exemple ? Car il n’y a quasiment aucun dérangement humain, et aucune chasse, traditionnelle ou non, sur le site.

Les dernières évaluations (Birdlife International) considèrent que l’espèce a beaucoup régressé et est devenu maintenant très rare en Afrique de l’Ouest, avec sans doute moins d’un millier d’individus estimées en 1996. La tendance globale est à la diminution des effectifs. Au lac de Campeix, se concentrait-il donc en mars-avril 2013, plus de 6 o/oo de la population Ouest-Africaine !?!!

Brochette de Canards de Hartlaub - Lac de Campeix, près d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 20 avril 2013

Brochette de Canards de Hartlaub - Lac de Campeix, près d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 20 avril 2013

Un bras mort au lac Campeix: l'habitat de l'Onoré à Huppe Blanche, du Bihoreau à Dos Blanc, du Canard de Hartlaub... entre autres choses.
Un bras mort au lac Campeix: l'habitat de l'Onoré à Huppe Blanche, du Bihoreau à Dos Blanc, du Canard de Hartlaub... entre autres choses.
Un bras mort au lac Campeix: l'habitat de l'Onoré à Huppe Blanche, du Bihoreau à Dos Blanc, du Canard de Hartlaub... entre autres choses.

Un bras mort au lac Campeix: l'habitat de l'Onoré à Huppe Blanche, du Bihoreau à Dos Blanc, du Canard de Hartlaub... entre autres choses.

Canard de Hartlaub - Lac de Campeix, près d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 20 avril 2013

Canard de Hartlaub - Lac de Campeix, près d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 20 avril 2013

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Canard Pilet

Les 27 janvier et 02 février 2013, observation de quatre oiseaux (deux mâles et deux femelles), en compagnie de deux canards siffleurs aux marais d’Assouinde. Le canard Siffleur, jamais observé en Côte d’Ivoire jusqu’alors, devient fin janvier 2013 une nouvelle espèce pour le pays - voir l’article précédent sur les observations de Côte d'Ivoire en 2013.

S’agissant du Canard Pilet, c’est un oiseau rare pour le pays, vu précédemment (Olivier Lachenaud, comm. pers.) à Dabou – à mi-chemin entre Abidjan et Grand Lahou –, une fois à Grand Bassam et une fois à Sassandra – après Grand Lahou, vers l’Ouest.

Mes observations d’Assouinde auraient pu rester sans lendemain ; mais le 07 décembre 2013, ce sont cinq Canards Pilets, dont trois mâles, cette fois qui sont vus au même endroit. Le lendemain, les chasseurs qui canardaient de partout dans le secteur ne m’ont pas permis d’aller vérifier leur présence.

Encore une autre chose à confirmer, ou non, pour cette année 2014.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Oie-armée de Gambie

Les sorties à Assouinde, de fin janvier et début février 2013, ont été riches en surprises, puisque, outre les canards cités plus haut, ce sont des Oies-armées de Gambie qui y ont été rencontrées : trois ces jours-là.

En mars (les 03, 10 et 14), la prospection des marais ainsi que du Lac Campeix ont confirmé la présence de une à trois oies ; deux sont vues également le 16 juin dans les marais.

L’espèce se rencontre surtout dans le nord du pays ; au sud, et en particulier sur la côte, elle n’avait été observée qu’à Dabou – à mi-chemin entre Abidjan et Grand Lahou, donc – avant cela.

Ornitho en Côte d'Ivoire, 2013 (suite): Espèces Rares ou Peu Communes - Secteur d'Assouinde

Et d’autres….

D’autres espèces rares ou peu communes ont été observés dans ce coin, comme la Glaréole à Collier, jusqu’àlors connues seulement d’Adiopodoumé près d’Abidjan, de Dabou et de Grand Bassam, ou encore l’Onoré à Huppe Blanche, le Butor africain, levé deux fois au lac sans jamais avoir pu le photographier.

Et puis le Vanneau Eperonné. Cette espèce est très commune au Mali, et la première fois que j’en ai vu à Assouinde, je n’y ai pas prêté grande attention, la notant seulement « pour info » dans mes statistiques. Eh bien non, cette espèce est considérée comme rare/peu commune en Côte d’Ivoire, et encore plus rare sur la côte. En tout cas, à Assouinde, le Vanneau est bien cantonné, et il y est visible tous les mois de l’année ; lors de ma dernière sortie, j’en ai dénombré un minimum de 19 répartis sur l’ensemble des marais.

Glaréole à Collier; ce jour là seuls deux oiseaux sont observés - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 27 janvier 2013
Glaréole à Collier; ce jour là seuls deux oiseaux sont observés - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 27 janvier 2013

Glaréole à Collier; ce jour là seuls deux oiseaux sont observés - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 27 janvier 2013

Glaréole à Collier; une semaine plus tard, c'est une vingtaine d'oiseaux qui sont sur le site - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 02 février 2013

Glaréole à Collier; une semaine plus tard, c'est une vingtaine d'oiseaux qui sont sur le site - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 02 février 2013

Vanneau Eperonné, calme (à gauche) et en alarme (à droite) - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 31 août 2013Vanneau Eperonné, calme (à gauche) et en alarme (à droite) - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 31 août 2013

Vanneau Eperonné, calme (à gauche) et en alarme (à droite) - Marais d'Assouinde, Côte d'Ivoire, 31 août 2013

Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #Espèce rare

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :