Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Imprévus

Aéroport de Bamako, 21 mars 2012, vers 10h du matin, appel du Directeur Général qui me dit qu’une mutinerie s’est déclenchée dans une caserne près de la capitale, que ça va déraper, qu’il faut rentrer très vite à la maison et s’y terrer en attendant que ça passe. Je donne les même informations et instructions à mon équipe, laissant sur place les seuls techniciens strictement nécessaire pour la continuation de l’exploitation de nos avions (le patron m’ayant indiqué que les appareils continueront de voler… the show must go on…). Arrivé la maison, j’allume la télé : écran noir et neigeux ; on commence à entendre des rafales d’armes automatiques alentours. On se calfeutre, on se terre, comme le patron l’a recommandé. Plus le temps passe, plus ça canarde, et bientôt on entend des armes lourdes. Le soir, je m’endors dans le canapé, la télé toujours allumée. C’est elle qui me réveille vers deux ou trois heures du matin (ça tire toujours de tous les côtés), au son d’une musique patriotique ou militaire, je ne me souviens plus très bien, et s’affiche alors sur l’écran un laconique « Dans un instant une déclaration des militaires ».

Télévision Malienne le 22 mars 2012, vers 3h du matin

Télévision Malienne le 22 mars 2012, vers 3h du matin

Au bout d'au moins une demi-heure, peut-être une heure, on découvre enfin une image qui bouge : une brochette de militaires bigarrés apparait autour d’une table, l’un tenant un papier qui commence à lire le « communiqué des militaires » : il annonce la destitution du Président, la prise du pouvoir, l’instauration du couvre-feu ; bref, toute la panoplie du putsch, du coup d’état. A l’extérieur, on continue d’entendre des tirs, des rafales et des coups de canon. Le couvre-feu durera une semaine.

Imprévus

C'était imprévisible. Le Mali depuis vingt ans était paisible; certes régulièrement la rébellion touareg s'agitait au Nord, certes depuis quelques temps, le terrorisme commencait à sévir dans le Nord également, et il y avait des kidnappings d'occidentaux encore au Nord, mais à Bamako, on ne pouvait imaginer pareil chaos.

On pensait plutôt à cet époque que ça allait péter à Dakar, le Président Wade semblant vouloir s'accrocher au pouvoir malgré les résultats en faveur de Macky Sall; eh ben non, la baudruche s'est dégonflée chez les Wolof, ça a explosé chez les Bambara. Imprévisible.

Imprévus

Les sorties ornithos, c'est pareil, surtout en billebaude. On ne sait jamais bien sur quoi on va tomber; on bien alors on avait une idée en tête, un oiseau qu'on voulait retrouver au même endroit, et finalement on trouve autre chose qui n'a rien à voir. Ainsi en février 2012, sur une petit ile du fleuve Niger, en plein Bamako, quartier de Torokorobougou, j'avais vu une Cossyphe à Calotte blanche, sorte de Rouge-queue africain à calotte blanche, que je n'avais pas réussi à photographier. Me rappelant bien du coin où l'oiseau se trouvait, j'y suis revenu le 10 mars 2012 (tiens ! moins de deux seamaines avant le putsch, maintenant que j'y pense), et me suis posté, bien planqué non loin de fourrés avec arbres morts, biotope qui me semblait idéal pour l'animal. Alors j'ai attendu, assis dans l'humus contre un arbre, fixant ces fourrés. Le temps a passé puis j'ai levé la tête sentant quelque chose bouger dans le haut des arbres. Difficile de distinguer, tellement c'était sombre. Lassé par l'absence du Cossyphe, je me mets alors à fixer la canopée, sans bouger. Et le "chose" sort finalement de la pénombre, pour se percher sur des branches légèrement plus basses. Le "chose", c'est un Tchitrec d'Afrique, un mâle: tête et ventre noir de suie, dos marron, un petit filet blanc sur le côté, sur l'aile, cercle orbital joliment bleu, et surtout, une queue incroyablement longue, en période nuptiale, ce qui est le cas visiblement. D'une taille habituelle d'environ 17cm, il peut alors aller jusqu'à la doubler grâce à sa queue; ce qui semble également le cas pour l'individu sur lequel je suis tombé.

Imprévus
Tchitrec d'Afrique, mâle - 10 mars 2012, sur une île du Fleuve Niger à Bamako, quartier de Torokorobougou, MaliTchitrec d'Afrique, mâle - 10 mars 2012, sur une île du Fleuve Niger à Bamako, quartier de Torokorobougou, Mali

Tchitrec d'Afrique, mâle - 10 mars 2012, sur une île du Fleuve Niger à Bamako, quartier de Torokorobougou, Mali

Imprévus

Période nuptiale oblige, une femelle ne s'est pas faite attendre. Plus modeste, apparence nettement moins spectaculaire, comme souvent chez les oiseaux. Pas de longue queue... bien sur.

Le couple m'a accepté ou ne m'a pas trop vu: il a chassé ensemble les insectes pendant bien deux heures, avant que je ne me lasse du manège et lève mon arrière-train pour vaquer à d'autres occupations; l'effet a été efficace: les osieaux ont disparu!

Tchitrec d'Afrique, femelle - 10 mars 2012, sur une île du Fleuve Niger à Bamako, quartier de Torokorobougou, Mali

Tchitrec d'Afrique, femelle - 10 mars 2012, sur une île du Fleuve Niger à Bamako, quartier de Torokorobougou, Mali

Imprévus

Cette fois là, l'objectif prévu n'était pas au rendez-vous, et l'imprévu a permis de le remplacer. D'autre fois, alors que tu es sur un coup qui marche, l'imprévu peut aussi arriver.

Par exemple. Ce jour là, je passais le weekend vaec l'Ami Oumar dans sa famille, à Nioro du Sahel, la dernière grande ville avant la Mauritanie, quand on prend plein Nord depuis Bamako. Dans la savane, nous avions trouvé un nid d'Irrisor Moqueur devant lequel je m'étais donc posté à l'affut. C'était a priori la seule cible pour la matinée: observer et mitrailler les allées et venues des parents Irrisors, qui nourrissaient les jeunes, bien planqués dans leur trou d'arbre. Puis, sans crier gare, un Epervier Shikra immature innatendu vient se poser sur une branche près du nid, juste en face de mon affût; je n'en demandais pas moins.

Imprévus
Irrisor Moqueur Adulte nicheur, près du nid (photo du haut : prêt à nourrir ses jeunes) - 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali

Irrisor Moqueur Adulte nicheur, près du nid (photo du haut : prêt à nourrir ses jeunes) - 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali

Epervier Shikra immature - 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali

Epervier Shikra immature - 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali

L'innatendu, l'imprévisible, cela peut aussi être le bord de la piste ou du goudron; en voiture comme à pieds ou en pirogue, il s'agit d'être aux aguets en permanence, car on ne sait jamais; aussi convient-il de rouler doucement, pour ne pas perdre une opportunité. Ainsi sur la piste menant de Sikasso, sud-est du Mali, à Missirikoro en brousse - où se trouvent des "rochers sacrés" surgis de nulle part a milieu de la savane boisée, l'un femelle, les autres mâles (on se demande d'ailleurs bien pourquoi on appelle ces derniers ainsi, à voir la photo ci-dessous) -, à quelques kilomètres de là.

Les "rochers sacrés" (mâles) de Missirikoro, perdus au milieu de la savane boisée - aux confins du sud-est du Mali

Les "rochers sacrés" (mâles) de Missirikoro, perdus au milieu de la savane boisée - aux confins du sud-est du Mali

Imprévus

L'Ami Sinaly et moi y sommes tombés sur un couple de Bagadais Casqués. Arrêt de la voiture à quelques mètres, j'en bondis rapidement avec jumelles et appareil photo (toujours sur la banquette arrière ou sur mes genoux, au cas où), et je commence l'approche. Cette approche est sans trop de précautions; il faut "simuler le villageois", ça marche souvent mieux, en tout cas en bord de piste, que de jouer au chasseur à la recherche d'une proie. Sinon j'imagine que les oiseaux trouveraient ça louche, un gars qui avancerait en se dissimulant, du derrière d'un arbre à un autre derrière d'un arbre, courbant l'échine... Non, il vaut mieux faire comme tout un chacun qui marche sur la piste, vaquant normalement à ses occupations, les oiseaux y sont habitués... C'est seulement la couleur de ma peau qui doit les étonner.

Imprévus
Bagadais Casqués adultes - 24 avril 2011, quelque part entre Sikasso et Missirikoro, Mali (Far South-East du pays)Bagadais Casqués adultes - 24 avril 2011, quelque part entre Sikasso et Missirikoro, Mali (Far South-East du pays)

Bagadais Casqués adultes - 24 avril 2011, quelque part entre Sikasso et Missirikoro, Mali (Far South-East du pays)

Le Bagadais, à l'allure improbable d'un oiseau a encager pour les Westerners, huppe blanche et oeil comme une fleur aux pétales jaunes. Je l'ai retrouvé dans les mêmes conditions à Ougadougou, Burkina Faso, en bord de piste où je ne m'attendais à rien de précis, même manège.

Bagadais Casqué adulte - 21 mai 2011, près de Ouagadougou, Burkina Faso
Bagadais Casqué adulte - 21 mai 2011, près de Ouagadougou, Burkina Faso

Bagadais Casqué adulte - 21 mai 2011, près de Ouagadougou, Burkina Faso

Bagadais Casqué juvénile (pas de huppe) - 21 mai 2011, près de Ouagadougou, Burkina Faso

Bagadais Casqué juvénile (pas de huppe) - 21 mai 2011, près de Ouagadougou, Burkina Faso

Imprévus

L'imprévu ce peut-être également le point aberrant, comme le mélanique, l'albinos ou le leucistique; à l'image de ce Spréo Améthyste dépigmenté, mais sans les yeux rouges (donc pas albinos, mais leucistique), qui évoluait avec trois oiseaux aux couleurs habituelles, et qui n'avait aucun problème de cohabitation avec ses congénères. Bon, pour la comparaison, je n'ai qu'une photo de juvénile; le contraste est déjà néanmoins frappant.

Spréo Améthyste juvénile - 1er décembre 2013, près d'Assouinde/Assinie, Côte d'Ivoire

Spréo Améthyste juvénile - 1er décembre 2013, près d'Assouinde/Assinie, Côte d'Ivoire

Ce peut être aussi une forme de plumage peu habituelle, mais pas aberrante, car référencée, connue. Sur la photo ci-dessous, contrairement au Spréo Leucistique, on va pouvoir comparer. Il s'agit de Coucals du Sénégal, oiseau très commun en Afrique de l'Ouest; il existe une forme appelée "Epomidis", beaucoup plus rare, l'oiseau ayant une teinte noire sur toute la partie avant du corps, tandis qu'abituellement, seuls le haut de la tête et la nuque le sont, le ventre étant clair. Il s'agit pourtant bien de la même espèce.

Coucals du Sénégal, forme Epomidis à droite, forme habituelle à à gauche - 25 novembre 2012, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Coucals du Sénégal, forme Epomidis à droite, forme habituelle à à gauche - 25 novembre 2012, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Portrait de Coucal du Sénégal, forme Epomidis - 25 novembre 2012, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Portrait de Coucal du Sénégal, forme Epomidis - 25 novembre 2012, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Imprévus

Sans doute un de mes plus jolis moments imprévisibles, c'est d'avoir été le témoin des premières secondes dans "la vraie vie" d'un jeune Souimanga de Reichenbach. Nogou, piroguier de son état, et moi, rodions sur un lac un peu perdu dans la brousse ivoirienne; c'était la fin de la matinée, et nous n'avions pa vu grand chose, à part quelques Bihoreaux Gris. Nous revenions vers le village en longeant les berges, quand un petit oiseau à bec recourbé a attiré mon attention. Je l'avise aux jumelles et l'idcentifie; et l'on décide de tenterde le prendre en photo pour éviter de rentrer trop bredouille.

Comme à l'habitude dans une approche en pirogue, je donne à voix basse mes instructions, et le piroguier ou bien les suit ou bien n'en fait qu'à sa tête; mais cette fois encore avec Nogou le piroguier, ça a marché. Le Souimanga est maintenant tout proche, à environ quatre mètre, un insecte dans le bec; il hésite, mais ne fuit pas, pourtant nous vraiment très près maintenant.

Imprévus
Souimanga de Reichenbach, prêt à nourrir un jeune encore au nid - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'Ivoire

Souimanga de Reichenbach, prêt à nourrir un jeune encore au nid - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'Ivoire

Imprévus

Alors je lève l'oeil et m'aperçois qu'un nid (le sien) est tout aussi près de nous, mais un peu plus à gauche. Nous attendons en bougeant le moins possible, et après quelques "fausses ruses", l'oiseau ose, s'élance et s'accroche enfin au nid; un masse sombre en surgit et avale d'un seul trait l'insecte présenté par la maman (ou le papa, d'ailleurs, aucune idée), pour se replonger au fond du nid.

Le même manège a recommencé au moin une dizaine de fois, pendant peut-être 20 minutes. Et finalement, la masse sombre est sortie du nid, s'est envolée maladroitement pour rejoindre la branche la plus proche, y est resté peu de temps - juste assez pour prendre une mauvaise photo - puis s'est engouffrée dans un fourré pour ne plus réapparaitre.
Nogou et moi avons ainsi assisté aux premiers pas (au premier vol d'ailleurs) du dernier rejeton d'une lignée de Souimangas de Reichenbach. Moment improbable, totalement imprévu.

Souimanga de Reichenbach: Adulte nourrissant un jeune (à gauche), un jeune au nid (milieu), premiers instants dans la "vraie vie" (à droite) - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'IvoireSouimanga de Reichenbach: Adulte nourrissant un jeune (à gauche), un jeune au nid (milieu), premiers instants dans la "vraie vie" (à droite) - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'IvoireSouimanga de Reichenbach: Adulte nourrissant un jeune (à gauche), un jeune au nid (milieu), premiers instants dans la "vraie vie" (à droite) - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'Ivoire

Souimanga de Reichenbach: Adulte nourrissant un jeune (à gauche), un jeune au nid (milieu), premiers instants dans la "vraie vie" (à droite) - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'Ivoire

Souimanga de Reichenbach, prêt à nourrir un jeune encore au nid - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'Ivoire

Souimanga de Reichenbach, prêt à nourrir un jeune encore au nid - 1er décembre 2013, du côté d'Assouinde (non loin d'Assinie), Côte d'Ivoire

Yep, imprévu(e)(s) !

Comme cette épidémie de fièvre Ebola en Afrique de l'Ouest, qui a été "anoncée officiellement" un - de mémoire - 22 mars 2014 en Guinée forestière, et qui ne cesse semble-t-il de sétendre, maintenant au Libéria, sans doute en Sierra Leone... A quand peut-être en Côte d'Ivoire ?

Un 22 mars, comme la date effective du coup d'état de 2012 au Mali; le 22 mars, ce n'est pas mon jour.

Serpent Malien

Serpent Malien

Varan Ivoirien

Varan Ivoirien

Caméléon Malinké (ou du Pays Manding, Mali)

Caméléon Malinké (ou du Pays Manding, Mali)

Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #Mali

Partager cet article

Repost 0