Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plans B, Retrouvailles & Coches

Plusieurs sorties… quasi bredouille. Le doute arrive vite : « avant, c’était la chance du débutant ? ». C’est vrai qu’au bout d’un moment, à force de prospecter les mêmes sites, il devient difficile d’être très surpris. Alors quand la surprise n’est pas au rendez-vous, il faut (en tout cas on peut) se rabattre sur les plans B, ces bestiaux que l’on trouve un peu partout, que l’on peut en général approcher relativement aisément, et ainsi les ramener à la maison en trophées -photos. Dans les plans B, le plus facile, c’est encore un Escargot : pas difficile à trouver, pas difficile à approcher, en plus il prend la pose.

Pour ce qui est des oiseaux, il y a quand même aussi quelques plans B, et des jolis ; car si le plan B n’est pas joli, à quoi bon ?

Plans B, Retrouvailles & Coches

En zone humide, le joli Plan B, c’est certainement le Martin-pêcheur Huppé. En tout cas dans le sud de la Côte d’Ivoire, on le trouve un peu partout. Alors, quand on n’a rien d’autre à se mettre sous la dent, « c’est pas mauvais » comme on dit. Au Mali, je l’ai bizarrement peu vu, pourtant il est considéré commun. La photo ci-contre montre le premier que j’ai pu photographier là-bas, après près de 15 mois de prospection malienne… pas la gloire ! Comme on le voit, il ressemble assez au Martin-pêcheur d’Europe, la fameuse « flamme rousse » (et bleue d’ailleurs), à ceci près que, par rapport au Toubabou, le Cousin est – donc – huppé. En fait, il est huppé quand il le veut bien ; car sa huppe est en général plaquée sur la tête. Je ne sais quelle excitation l’amène à l’exhiber de temps à autres, mais à ce moment, il prend toute la dimension de son nom.

Martin-pêcheur Huppé juvénile (bec noir) - 06 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire
Martin-pêcheur Huppé juvénile (bec noir) - 06 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Martin-pêcheur Huppé juvénile (bec noir) - 06 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Martin-pêcheur Huppé adulte (bec rouge), revenu bredouille sur son perchoir, après une tentative de pêche - 20 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Martin-pêcheur Huppé adulte (bec rouge), revenu bredouille sur son perchoir, après une tentative de pêche - 20 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Martin-pêcheur Huppé adulte - 12 octobre 2013, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Martin-pêcheur Huppé adulte - 12 octobre 2013, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

L’huppé n’est pas le seul Martin-pêcheur Plan B ; en fait, c’est plutôt son parent l’Alcyon Pie qui peut sauver une sortie ornitho qui dérape vers le néant. Car si le précédent oiseau on le trouve un peu partout, celui-ci est vraiment partout. Que ce soit en Côte d’Ivoire où je suis maintenant, ou au Mali où j’étais auparavant.

Alcyon Pie - 30 décembre 2012, Braffedon (près de Grand Lahou), Côte d'Ivoire
Alcyon Pie - 30 décembre 2012, Braffedon (près de Grand Lahou), Côte d'Ivoire
Alcyon Pie - 30 décembre 2012, Braffedon (près de Grand Lahou), Côte d'Ivoire

Alcyon Pie - 30 décembre 2012, Braffedon (près de Grand Lahou), Côte d'Ivoire

Alcyon Pie - 06 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Alcyon Pie - 06 janvier 2013, Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Alcyon Pie - 12 octobre 2013, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Alcyon Pie - 12 octobre 2013, Grand Bassam, Côte d'Ivoire

Couple d'Alcyons Pies - 16 avril 2011, Segou, Mali

Couple d'Alcyons Pies - 16 avril 2011, Segou, Mali

Tiens, le Mali ! Pour ce qui est du Mali, le meilleur Plan B, c’est bien le Rollier d’Abyssinie, que l’on trouve également presque partout, en ville, dans les villages, sur le bord du goudron, en brousse… Belles couleurs, look exotique, et en général peu farouche.

Rollier d'Abyssinie - à gauche, adulte, 13 février 2011, Bankoumana, Mali (Pays Manding, entre Bamako et la Guinée); à droite, juvénile (queue plus courte, sans élongation), 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali (près de la frontière avec la Mauritanie)Rollier d'Abyssinie - à gauche, adulte, 13 février 2011, Bankoumana, Mali (Pays Manding, entre Bamako et la Guinée); à droite, juvénile (queue plus courte, sans élongation), 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali (près de la frontière avec la Mauritanie)

Rollier d'Abyssinie - à gauche, adulte, 13 février 2011, Bankoumana, Mali (Pays Manding, entre Bamako et la Guinée); à droite, juvénile (queue plus courte, sans élongation), 20 août 2011, Nioro du Sahel, Mali (près de la frontière avec la Mauritanie)

Rollier d'Abyssinie adulte - 16 avril 2011, Segou, Mali (230 km de Bamako vers le nord-est)

Rollier d'Abyssinie adulte - 16 avril 2011, Segou, Mali (230 km de Bamako vers le nord-est)

Rollier d'Abyssinie adulte - 12 juin 2011, Woroni, Mali (sud-est du pays)

Rollier d'Abyssinie adulte - 12 juin 2011, Woroni, Mali (sud-est du pays)

Plans B, Retrouvailles & Coches

Le Rollier de la photo précédente n'était en fait pas à proprement parlé un plan B. Je l'ai shooté, je l'avoue, au bord de la route, depuis ma voiture; ça c'est une chose. En revanche, ce n'était pas par dépit ou pour ne pas rentrer bredouille. C'était tout simplement de l'opportunisme, car la veille, la moisson avait été bonne.

Comme dit sa légende, la photo a été prise du côté de Woroni, aux confins du Mali, plein sud-est du pays, près de la frontière avec à la fois le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire. Woroni est un endroit assez incroyable: alors que l'on évolue dans la savane sèche boisée dans tout le sud du Mali, on tombe bizarrement dans ce coin là sur une forêt humide, vraie jungle, et si l'on veut bien y arriver, aux "Chutes de Woroni", dignes d'un décor de film de Tarzan.

Woroni c'était le dimanche 12 juin 2011; la veille samedi, l'Ami Sinaly et moi étions à Sikasso, la Préfecture de ce "Far South-East" Malien, dans sa famille, pour passer le weekend.

Les Chutes de Woroni (Far South East du Mali), aux confins du pays, coincées entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

Les Chutes de Woroni (Far South East du Mali), aux confins du pays, coincées entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire

Plans B, Retrouvailles & Coches

Sikasso est situé à plus de 400 kilomètres vers l'est, de Bamako. Nous en étions parti le vendredi peu après le déjeuner, pensant ainsi arriver avant la nuit; enfin c'est ce que l'on s'était dit. Finalement, nous avions encore près d'une centaine de kilomètres à parcourir quand la nuit est tombée. Trop loin de Bamako, pas d'hébergement en perspective, pas loin - mais quand même - de Sikasso, il fallait continuer et rejoindre au plus vite la concession familiale, malgré les risques de coupeurs de route (ah bon) et de boeufs traversant la route et qu'on ne décèle qu'au dernier moment. Pas de problèmes cette fois-ci, la chance a été ce soir là avec nous: tous les boeufs qui ont traversé étaient clairs ou "peau grattée", alors on a pu piler à chaque occasion pour éviter le zébu et éviter ainsi/aussi que la terre nous soit, à Sinaly et moi, légère... de manière anticipée.

Alors "Bonne Arrivée" à Sikasso au milieu de la nuit, accueillis merveilleusement par la famille Bagayoko (du nom de Sinaly !).

Sommeil.

Le samedi s'est levé, enfin. Enfin. Car l'un de mes objectifs était aussi de découvrir ce coin reculé du Mali, et en particulier de prospecter les Chutes, pas seulement de Woroni, mais aussi celles de Farako, qui étaient prévues pour le samedi donc. Certainement pour les oiseaux, on peut l'avouer.

Farako, de mémoire, ça doit être à seulement une dizaine de kilomètres de Sikasso, tandis que Woroni, à 66 - ça je m'en souviens bien, j'avais d'ailleurs vérifié le compteur de la voiture; mais qu'importe. Les Chutes de Farako sont bien moins impressionnantes que celles de Woroni (pas de photo pour comparer, désolé); mais qu'importe également. En revanche, je n'ai quasiment pas observé d'oiseaux à Woroni, alors qu'à Farako... Ok, pas beaucoup, mais en tout cas un peu plus, car à Woroni, on était proche du zéro, pointé sans doute d'ailleurs.

A Farako, au moins avons-nous trouvé en particulier une (ou des ? je ne me souviens plus très bien, j'ai la mémoire qui flanche) Ombrette Africaine, échassier à la dégaine plus ou moins préhistorique. Certes entièrement marronnasse de teinte, donc a priori peu susceptible d'intéresser un touriste toubabou, même ornitho, qui recherche bien évidemment des oiseaux aux couleurs incroyables puisqu'Africains; mais quand l'oiseau à cette gueule, on en oublie les couleurs.

Plans B, Retrouvailles & Coches
Ombrette Africaine - 24 avril 2011, Farako (pas loin de Sikasso), Mali

Ombrette Africaine - 24 avril 2011, Farako (pas loin de Sikasso), Mali

Plans B, Retrouvailles & Coches

Sur le tard, pas vraiment satisfait, juste un tout petit peu content de mes obervations, je me rentre vers la voiture et vers Sinaly et ses deux cousins, quand l'un de ces derniers me pointe un petit limicole (de mémoire, en latin, ca veut dire "qui se nourrit du limon" - limus colus, c'est bien ça?) dans une flaque d'eau. Au premier coup d'oeil qui est souvent le bon, oiseau inconnu pour moi. Au premier coup de jumelles, je confirme qu'il m'est inconnu. L'oiseau est relativement loin, à part nous, personne, donc pas de dérangement en perspectives, on peut prendre a priori son temps pour identifier; je sors le bouquin, le compulse rapidos, et nous sommes ensuite tous d'accord pour donner un nom à l'oiseau: le Gravelot de Forbes.

Connais pas ce Mister Forbes, mais ça doit être un de ces anglais excentriques qui parcourait l'Afrique au 19ème siècle, et qui a du donner son nom à une espèces que les locaux connaissaient sans l'avoir jamais nommé dans une langue occidentale... Mais je dérape, semble-t-il.

En tout cas, une fois identifié, il fallait bien l'immortaliser en version digitalisée. Alors on y va, on se met à plat ventre, on rampe, on prend son temps, on approche au plus près en prenant des "clichés de sécurité" régulièrement (pour preuve) avant d'être assez prêt pour faire des photos que l'on essaie plus léchées; et tout ça le cul (ou plutôt l'autre côté, mais je ne saurai l'écrire) dans l'eau, car pas d'autre moyen de l'approcher que de se mouiller - ceci dit au propre (sic) et avec jeux de mots.

Gravelot de Forbes - 11 juin 2011, Farako (pas loin de Sikasso), MaliGravelot de Forbes - 11 juin 2011, Farako (pas loin de Sikasso), Mali

Gravelot de Forbes - 11 juin 2011, Farako (pas loin de Sikasso), Mali

Plans B, Retrouvailles & Coches

L'oiseau est bien Africain, mais apparemment migrateur intra-Africain, et peu souvent vu au Mali; encore faut-il qu'il y ait quelques observateurs dans les parages. C'était un coche, c'est à dire la première fois que j'observais cette espèces.

Les retrouvailles sont arrivées près de trois ans plus tard, en Côte d'Ivoire voisine, aux marais (temporaires) d'Assouinde, sur la côte à l'ouest d'Abidjan, à moins d'une centaine de kilomètre de la grande ville. Les marais n'avaient plus de marais que le nom que je leur avait donné, en cette saison sèche de mars 2014 (même si, pour tout dire, "y a plus de saison", car il pleuvait - et dru - de temps à autres en ce mois-ci): juste quelques mares subsistaient ici et là. Alors que j'observais des Grands Gravelots (photo ci-dessus) qui évoluaient autour d'un des quelques rares points d'eau, mon attention fut attiré par un oiseau qui y ressemblait, mais pas vraiment.

Plans B, Retrouvailles & Coches

Heu... La mémoire qui flanche revient rapidement, et Mister Forbes resurgit dans une partie de la bibliothèque du cerveau... C'est celui que j'ai vu à Farako, quelques années auparavent, ce machin de Forbes ! A moins que ce ne soit un (G. à) Triple Bandeau... Hélas non, pas de coche, c'est bien Mister Forbes: ce seront tout comtpe fait des retrouvailles, et pas une coche.

Pas grave, l'excitation est toujours là, et je commence à approcher l'Ami Forbes, gentiment d'abord, pour le jauger. Il semble fébrile, et les premières tentatives de "crawling" le dérangent, fort heureusement pour s'envoler à quelques mètres de là seulement. Alors je stoppe et ne bouge plus, attends, tout en continuant à l'observer. Au bout d'une demi-heure, je commence à bouger, à ramper vers lui. Tant qu'il continue à chercher sa nourriture au sol ("foraging") je continue a m'approcher; dès qu'il se fige, je me fige aussi en attendant que (rassuré ?) il vaque à nouveau à ses occupations d'oiseau.

Le manège à duré près d'une heure et demi de plus; au bout du bout, j'étais à environ cinq mètres de Forbes, à le regarder, à le mitrailler. Quand je me suis résolu à le laisser à son triste sort, très lentement je me suis levé et il ne s'est pas envolé; étonnant ! Nerveux à plus de 25 mètres quand on s'est rencontré, environ deux heures après il semblait s'être habitué assez pour ne pas fuir quand l'intrus qui se trouvait à quelques mètres de lui s'est déployé, passant d'environ 30 cm de hauteur (à plat ventre) à près d' 1m80 (j'aurai pu dire à plus d'1m75, mais ca n'aurait pas eu le même effet sans doute).

Plans B, Retrouvailles & Coches
Plans B, Retrouvailles & Coches
Gravelot de Forbes - 1er mars 2014, Assouinde (près d'Assinie), Côte d'ivoireGravelot de Forbes - 1er mars 2014, Assouinde (près d'Assinie), Côte d'ivoire

Gravelot de Forbes - 1er mars 2014, Assouinde (près d'Assinie), Côte d'ivoire

Plans B, Retrouvailles & Coches

Le Gravelot de Forbes, à ce stade de l'étude - et pour ce qui me concerne -, il est clair que ce n'est pas un Plan B: c'etait une coche au Mali en 2011, des retrouvailles en Côte d'Ivoire en 2014... et puis ensuite ?

Récemment, j'ai fait une coche en Côte d'Ivoire, un Touraco, un Touraco Géant. Il est clair également qu'il n'y aura pas de retrouvailles, à l'inverse, (si jamais) au Mali. Car l'oiseau est inféodé à la forêt primaire, humide, et ne saurait connaitre la savane boisée sèche qui sévit en pays Bambara; ou alors, y aurait vraiment plus de saison. Encore un bestiau au look singulier, préhistorique si l'on veut, comme l'Ombrette de Farako que l'on connait maintenant; ou bien encore un caractère sorti d'un dessin animé. En tout cas, pas du tout un plan B.

Plans B, Retrouvailles & Coches
Touraco Géant - 08 mars 2014, Azagny (près de Grand Lahou), Côte d'Ivoire

Touraco Géant - 08 mars 2014, Azagny (près de Grand Lahou), Côte d'Ivoire

Après plusieurs semaines de zébus maigres, quelques retrouvailles ou coches. Content que cela revienne. Je souhaite que cela continue, mais sinon, ce n'est pas grave. Après tout, on est tous le Plan B de quelqu'un.

Rat Palmiste, un Rongeur de niveau Plan B - Forêt du Banco (Abidjan), Côte d'Ivoire

Rat Palmiste, un Rongeur de niveau Plan B - Forêt du Banco (Abidjan), Côte d'Ivoire

Crocodile... Plan B, retrouvailles ou Coche, on préfère ne pas le savoir ! - Fleuve Bandama près de Vieux Lahou, Côte d'Ivoire

Crocodile... Plan B, retrouvailles ou Coche, on préfère ne pas le savoir ! - Fleuve Bandama près de Vieux Lahou, Côte d'Ivoire

Batracien je-ne-sais-quoi, Plan B aux yeux vairons - Fleuve Niger du côté de la frontière Guinéenne, Mali

Batracien je-ne-sais-quoi, Plan B aux yeux vairons - Fleuve Niger du côté de la frontière Guinéenne, Mali

Approche en pirogue d'un Martin-pêcheur Huppé (cercle rouge), Plan B des Plans B ivoiriens - Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Approche en pirogue d'un Martin-pêcheur Huppé (cercle rouge), Plan B des Plans B ivoiriens - Assinie Mafia, Côte d'Ivoire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :