Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Varan ivoiren, au bord du fleuve Bandama, Côte d'Ivoire

Varan ivoiren, au bord du fleuve Bandama, Côte d'Ivoire

Enfin les Hippos !

24 janvier 2015, voilà maintenant près d’une dizaine de fois depuis novembre 2014 que je viens au village de Taboitien (environ 5 km de Tiassale, 130km plein nord depuis Abidjan) pour tenter de débusquer des hippopotames – Amphibies – sur le fleuve Bandama, car il parait qu’il y en aurait, et même des dizaines selon Charles-Etien le piroguier. Nous sommes pourtant revenus précédemment toujours bredouilles. L’explication de Charles-Etien est systématiquement que le niveau d’eau n’est pas assez bas, ce que j’ai du mal à comprendre, l’animal préférant à ma connaissance une bonne profondeur pour pouvoir s’enfoncer régulièrement sous l’eau.

Quoiqu’il en soit, ce jour-là, le niveau a fortement baissé, et je commence à y croire un peu. La pirogue nettoyée succinctement, le grand bâton pour la navigation et la rame retrouvés, planqués qu’ils étaient sous un fourré, nous partons.

Vue du fleuve Bandama, depuis le "parking à pirogues" - Village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire

Vue du fleuve Bandama, depuis le "parking à pirogues" - Village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire

Enfin les Hippos !

Charles-Etien commence à manoeuvrer, dans un bras du fleuve dans lequel nous ne nous étions jamais engouffrés ; il me dit que nous allons faire « le grand tour ». Je vais enfin comprendre : en fonction du niveau d’eau, il peut être trop dangereux ou quasiment impossible de faire ce « grand tour », à cause du courant et des rapides, ou bien parce que trop de rochers sont à fleur d’eau, invisibles, risquant de faire valser la pirogue en passant dessus à grande vitesse… Et ce « grand tour » mène à un endroit paisible, où l’eau est étonnement calme, où le lit du fleuve est beaucoup plus profond qu’ailleurs, apparemment biotope des hippos. C’est ce que me dit en tout cas l’ami piroguier ; je ne demande qu’à le croire.

Nous croisons immanquablement sur le chemin des Glaréoles Auréolées ; c’est maintenant de la routine. Un Varan. Des Vautours Palmistes, dont un immature voudra bien prendre la pose quelques temps ; également un Coucou de Levaillant, oiseau noir et blanc affublé de sa huppe, qui se cache dans un arbre dont les branches surplombent l’eau.

Enfin les Hippos !

Difficile de les photographier depuis la pirogue, qui bouge en permanence malgré les efforts de Charles-Etien pour la stabiliser, difficile aussi parce que les oiseaux sont en hauteur, et je ne peux caler l’appareil contre quoi que ce soit, comme je le fais, lorsque la cible est à hauteur d’eau et que je me mets à plat ventre sur le devant de la pirogue. Alors finalement, j’essaie un truc : je me mets transversalement à l’esquif, les pieds dans l’eau d’un côté, le dos contre la paroi de la pirogue de l'autre, et c’est pas mal ! Cela me permet d’aider Charles-Etien à stabiliser en « jouant » de mon dos, de mes fesses et de mes jambes… En plus ça repose un peu… en revanche, mon pantalon n’est plus seulement mouillé, il est entièrement trempé, car la pirogue – comme toutes les pirogues – prend bien évidemment l’eau, et ni Charles-Etien ni moi n’avons le temps d’écoper, occupés que nous sommes à, donc, la stabilisation du bousin.

Enfin les Hippos !
Glaréoles Auréolées - Village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire, janvier 2015

Glaréoles Auréolées - Village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire, janvier 2015

Enfin les Hippos !

Nous continuons. Nous arrivons où nous devions arriver.

Et ils sont là ! A environ 40 mètres.

Ils, ce sont trois Hippopotames. Les bestiaux sont énormes, mais ils ne sont finalement pas faciles à repérer, en tout cas dans l’eau. Un peu comme les icebergs, ce n’est sans doute que moins d’un quart de leur corps qui émerge. Ils semblent paisibles. Nous entendons régulièrement le bruit caractéristique de la vapeur d’eau refoulée des naseaux, lorsqu’ils reviennent à l’air, après plusieurs minutes d’apnées. Ce sont visiblement deux adultes et un jeune, comparativement au regard de la taille et du museau de ce dernier ; il viendra bientôt poser sa tête contre le, disons, bas du dos, d’un des « gros », et s’assoupira même un petit moment dans cette position, yeux fermés.

Enfin les Hippos !
Hippopotame Amphibie - Fleuve Bandama près du village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire, 24 janvier 2015

Hippopotame Amphibie - Fleuve Bandama près du village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire, 24 janvier 2015

Charles-Etien a bien calé la pirogue contre un petit rocher, ce qui nous permet de nous assoir à peu près normalement sur ce rocher, ainsi de nous reposer… surtout Charles-Etien. L’observation dure un peu plus d’une demi-heure ; la chaleur de la mi-journée est arrivée, qui commence à devenir peu supportable, sans doute aussi pour les hippos. Un adulte et le jeune ont plongé pour ne plus réapparaitre, ils sont partis; l’autre nous fixe plusieurs secondes, bien les yeux dans les yeux, puis s’évanouit à son tour sous l’eau.

Hippopotame Amphibie - Fleuve Bandama près du village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire, 24 janvier 2015

Hippopotame Amphibie - Fleuve Bandama près du village de Taboitien, non loin de Tiassale, Côte d'Ivoire, 24 janvier 2015

Une semaine après, nous sommes revenus au même endroit, le niveau d’eau étant encore comme il fallait. Nous avons retrouvé la petite famille hippo, mais elle était beaucoup plus loin et nous ne pouvions approcher sans danger ; le simple spectacle, à distance, aux jumelles nous a contentés.

Yep ! Ce n’est pas le Kenya ; il faut se bouger beaucoup pour arriver à observer de grands animaux par ici; et on n'est jamais sûr de rien.

Mais la récompense arrive régulièrement, à force de persévérance. Et la récompense, c’est également une fois revenus sur la terre ferme, un bon gueuleton à la concession de la famille de Charles-Etien, arrosé de Koutoukou.

Gueuleton de "fin de brousse", à la concession de la famille de Charles-Etien

Gueuleton de "fin de brousse", à la concession de la famille de Charles-Etien

Tag(s) : #Côte d'Ivoire, #Hippopotame

Partager cet article

Repost 0